Etre et agir en conscience

Crise des marchés, crise de la société de sur-consommation, crise de confiance vis-à-vis des pouvoirs politiques, économiques et médiatiques…Une nouvelle dynamique voit le jour portée par de nouveaux comportements citoyens fondés sur un besoin d’éthique, de proximité. Notre monde n’est plus en crise. Il est en pleine mutation. Sans rupture, ni coup d’arrêt.

Notre modèle économique évolue lentement mais assurément vers de nouveaux horizons résolument progressistes.

L’économie positive  a pour objectif de satisfaire, non plus le désir de posséder , d’avoir, mais celui
de donner du sens, d’être. Consommer, investir, travailler, innover, former oui mais pour faire sens !
De nombreuses entreprises s’inscrivent dans cette démarche, et ce dans tous les domaines, de l’agro-alimentaire à l’énergie, l’éducation, la mobilité, les bâtiments et territoires…Autant d’initiatives concrètes, d’énergie positive au service d’un changement durable.  Quand le conflit « être et avoir » se transforme en mouvement « être et agir », nous pouvons tous y participer. En conscience.

 

Corporate : devenir ce que vous êtes

Tandis que la communication d’entreprise communique sur l’efficacité de votre organisation, la communication institutionnelle communique sur la vision de votre entreprise.

Parmi toutes les finalités qu’elle peut poursuivre, l’essentiel est la recherche de la pérennité et de la création de richesses. Il est donc indispensable que cette vision soit partagée par le plus grand nombre, au sein de l’entreprise et de son écosystème.
Or, toute organisation est aussi mouvement : comportements des consommateurs, nouvelles législations, nouveaux actionnaires, nouveaux partenaires…
La communication institutionnelle en travaillant sur les valeurs, la mission, le positionnement a pour objectif de vous aider à « faire mieux » et « faire savoir » auprès de vos différents publics, dont parfois les intérêts divergent.

 

J’achète donc je suis

Cher à notre société de consommation, cet adage trouve de moins en moins d’écho chez les consommateurs. Ce qui perturbe le marketing. Sa mission depuis de longues années ? Créer le besoin.
Oui mais voilà, le besoin, on en a plus besoin. Il va falloir revenir à l’essentiel : le désir. Pas de problème, parlons désirabilité à tout va ! Désirabilité de la marque, du produit. Oui mais non. Parce que le vrai désir, ce n’est pas celui d’avoir. C’est celui d’être.

Les consommateurs ne sont plus ce qu’ils étaient. Ils sont connectés ! Entre eux, mais pas seulement. A eux.
Ce qui a créé cet état de conscience ? L’immatériel. Internet, donc. Et là on y est. L’immatériel a redonné du sens à l’être. Pas si étonnant au fond.
Mais revenons au marketing. Il a quand même bien réussi le marketing. Réussi à nous faire croire qu’il écoutait, qu’il innovait en bref qu’il était central ! Sauf que ça, c’était avant. Avant l’émergence d’une dynamique incroyable : la communication.
Car quand le marketing tombait devant l’immatériel, c’est bien la communication qui renaissait de ces cendres. Dans ce qu’elle a de plus intrinsèque : échanger, partager, débattre, critiquer. En un mot challenger ce qui existe. Mettre en perspective.
Le mouvement a donc démarré il y a plus de 15 ans. Et on nous parle de crise ? Que nenni : Mu-ta-tion !
Et donc ça prend du temps. Heureusement que ça a déjà commencé… Concilier l’intérêt général et la création de richesses, on y revient !. Les consommateurs deviennent citoyens ? Bonne nouvelle !
Car ce sont eux qui donnent le ton à présent. Et c’est le monde d’en haut qui va devoir suivre. Ce sont eux les nouveaux entrepreneurs. La demande fait l’offre. Drôle de marché.
Alors, marchons ! Pour créer, innover, entreprendre ensemble. En un mot redonner du sens au progrès.

 

Forum International de l’évolution de la conscience

Qu’est-ce que l’évolution de la conscience ?

Confrontés à des problèmes globaux et à des revendications contradictoires qui, combinés à une complexité et à la rapidité des changements nous rendent impuissants face aux enjeux du 21ème siècle. Individuellement & collectivement. Il est donc fondamental de réaliser que nous devons changer notre manière de penser et notre vision du monde. C’est cela l’évolution de la conscience !

A qui s’adresse ce forum ?
A tous ceux qui cherchent du sens ou tout simplement qui souhaitent comprendre les forces qui régissent l’évolution pour mieux innover et faire partie de la solution. Ce sont les “évolutionnaires”.
Il s’agit d’une opportunité unique en France de rencontrer des visionnaires internationaux qui, sur les plans philosophiques, sociologiques, business, politiques, scientifiques ou spirituels, nous donneront accès à ce potentiel culturel extraordinaire et à la promesse d’un futur qui n’existe pour l’instant que dans leur imagination. Ce sera aussi l’occasion de faire l’expérience d’un niveau de conscience et d’une expérience culturelle uniques avec des personnes qui aspirent à co-créer consciemment le futur.

Découvrir le site officiel

 

Santé mondiale & biosciences

Séminaire de lectures de la Chaire interdisciplinaire en Anthropologie et Santé mondiale

A partir du Mardi 9 octobre 2012, un mardi sur deux, de 10H30 à 12H
Maison Suger, 16-18 rue Suger 75006 Paris (Métro Saint Michel).

L’anthropologie de la santé (en France) et l’anthropologie médicale (en Amérique du Nord) ont longtemps été liées à travers les projets de développement et sur des problématiques de santé internationale. Alors qu’il y avait un engagement pratique et parfois militant de l’anthropologie pour la santé dans les pays du Sud, dans les pays du Nord, depuis une quinzaine d’années, l’anthropologie s’inspire de la sociologie « latourienne » des sciences (science and technology studies) pour poser un regard critique sur la biomédecine. Subtilement, un clivage s’est installé entre une anthropologie « appliquée » et une anthropologie « critique », reprenant la méfiance entre une anthropologie de la « souffrance » (dont certains dénoncent la naïveté politique) et une anthropologie jugée trop « théorique » par d’autres. Heureusement, depuis quelques années on voit cette séparation se dissoudre avec l’émergence de la santé mondiale comme communauté de pratiques et champ épistémologique. L’anthropologie des sciences ouvre de nouveaux terrains dans le pays du Sud alors que les ethnologues en place posent des questions sur le rôle de la science (par exemple des essais cliniques) dans la reproduction des inégalités.

L’objectif de ce séminaire de lectures est de discuter des monographies récentes, au carrefour de l’anthropologie des biosciences et de la santé mondiale. Le format de ce séminaire est résolument informel, la priorité est donnée au cadre convivial pour approfondir nos lectures par des échanges stimulants. Un livre sera présenté par un rapporteur et une discussion suivra. La discussion sera d’autant plus riche si les participants ont lu le texte, cependant, l’intérêt du séminaire est aussi de permettre à ceux qui n’ont pas le temps de tout lire de se tenir au courant en suivant les discussions. Y sont conviés tous ceux qui souhaiteraient participer à une communauté de lecture et de discussion autour de ces problématiques.

En savoir plus

© 2020 A MarketPress.com Theme