Le Web’12

Début décembre se tiendra a Paris sur le thème de l’internet des objets, l’édition 2012 de LeWeb, le rendez-vous incontournable de l’internet mondial pour les startups.

Et comme ce forum est souvent le point focal des technologies de rupture qui vont modifier (une fois de plus) le Web, il va à n’en pas douter, attirer de nombreux entrepreneurs et investisseurs et certainement accélérer les projets autour de ce fameux internet des objets.

Mais de quoi parle-t-on?

Déjà le terme n’est pas récent et est utilisé depuis une dizaine d’années. Le concept qu’il représente est même encore plus ancien. Le livre de Philippe Gautier et Laurent Gonzalez sur le sujet, le fait remonter à 1984 avec Ken Sakamura de l’université de Tokyo, aussi inventeur du premier système d’exploitation temps réel « libre » bien avant Unix (!), le projet TRON. On parle à l’époque « d’informatique ubiquitaire« , d’ordinateurs miniaturisés et « partout », « enfouis » dans les objets physiques… très poétique tout ça.

L’internet des objets, c’est déjà ce réseau qui permet à ces objets d’interagir entre eux et d’une certaine façon de prolonger l’internet jusqu’à ces objets. Et l’internet, après avoir été le « réseau des réseaux » est devenu avec le 2.0, le réseau ultime d’interaction entre humains. Alors avec l’internet des objets c’est non seulement la communication machine à machine qui se développe, mais aussi la relation homme-machine qui se repense.

Lire l’article dans son intégralité sur ZD Net

 

L’impasse des conférences climat

Pourquoi les nations n’arrivent pas à se mettre d’accord entre elles quand il s’agit de réduction des émissions de gaz à effet de serre ? Une animation danoise propose de comprendre le fiasco répété des conférences sur le climat.

La vidéo de Now this News, présentée par Cyrus Moussavi, répond à cette question et relève la prouesse de simplifier l’épineux problème des émissions de CO2 en le rendant limpide et clair pour tout le monde. Elle en fait ressortir les points essentiels avec un zest de caricature.

Cette vidéo survole le problème, ne lui apporte pas une solution, mais elle est très instructive car elle montre les arguments avancés par les différents pays pour ne pas se soumettre au protocole (fantôme) de Kyoto. Et si on suit son raisonnement, le problème n’est pas prêt d’être résolu.

Lire l’article dans son intégralité sur Fluctuat

 

La créativité des rappeurs

Comment fonctionne le processus créatif ? Quelles zones du cerveau sont activées ou au contraire inhibées ? Des neuroscientifiques ont étudié l’activité cérébrale de rappeurs en phase d’improvisation.

D’après eux, l’absence de filtre cérébral observée permettrait « à de nouvelles connexions, idées et associations d’apparaître.

La science cherche depuis longtemps à percer les mystères de la créativité. Des neuroscientifiques de l’Institut national sur la surdité et les désordres de la communication, au Maryland, se sont penchés sur un cas bien précis: l’improvisation libre dans le rap. L’exercice, très prisé chez les amateurs de hip-hop, consiste à inventer des rimes au fur et à mesure qu’on les déclame sur un rythme donné (appelé «beat»).

Les chercheurs ont donc soumis 12 rappeurs – ayant au moins 5 ans d’expérience – à des IRM cérébrales. Les sujets, équipés d’écouteurs diffusant une musique instrumentale sur 8 mesures, devaient alors rapper successivement un texte appris par cœur et des rimes improvisées. En phase d’improvisation, les rappeurs ont présenté une augmentation de l’activité dans le cortex préfrontal médian, une zone du cerveau qui semble gérer l’intuition. Deux autres zones étaient au contraire inhibées, le cortex gérant la censure et celui gérant la planification des tâches.

Les rappeurs sont alors dans un état de « complète immersion dans le processus créatif », écrivent les chercheurs. L’absence apparente de filtre cérébral permettrait à « de nouvelles connexions, idées et associations d’apparaître plus naturellement sans être réprimées », pense le Dr Braun. L’équipe confirme ainsi des résultats déjà observés en 2007 chez des musiciens de jazz.

Lire l’article dans son intégralité sur INREES

© 2020 A MarketPress.com Theme