Moov in the city, un concours open data

Depuis le 21 mai dernier, est ouvert, à l’initiative de la ville de Paris le concours « Moov’In The City ». A partir des données ouvertes (Open Data), les participants ont pour mission de créer services web, applications mobiles ou data visualisation facilitant les déplacements au quotidien. A lé clé, une dotation de 25 000€

A l’occasion de l’ouverture des données des grands modes de transport parisiens, la Ville de Paris, la RATP, la SNCF, la Fonderie IDF et Vélib’ lancent un concours baptisé « Moov’in The City ».
Tous les geeks et développeurs en herbe disposent de deux mois pour imaginer et créer des services web, des applications mobiles et des datavisualisations facilitant les déplacements au quotidien.
Trafic en temps réel, météo, géolocalisation…
Le but du jeu est simple : faciliter la mobilité des parisiens et des franciliens que ce soit à vélo, en bus, en métro ou en train !

Tout savoir sur le site officiel #MoovInTheCity

 

Consommation collaborative : « La vie share »

Source Article : Rue 89 « La Vie share » : on a compris que ça va mal, alors on s’organise

Squatter le siège d’un jet privé, emprunter une poussette lors d’un transit, planter dans le potager du voisin ou échanger pour toujours sa maison… Tels sont des exemples de « consommation collaborative » moins célèbres que le covoiturage, le « coworking » ou le « colunching ».

A l’heure d’un Web mature, tout un nouveau mode de vie est en train de s’inventer grâce à une multitude de sites de partage. Le sentiment de propriété est relégué au rayon des émotions néfastes, la débrouille reine, la confiance érigée en dogme.

Dans « La Vie share, mode d’emploi », qui vient de sortir aux Editions Alternatives, Anne-Sophie Novel explore comment Internet peut (doit ?) nous permettre de revoir entièrement notre manière de consommer.

Blogueuse à Rue89 puis au Monde, fondatrice d’EcoInfo, cette docteure en économie navigue depuis des années entre militantisme et journalisme.

Elle annonçait déjà dans « Vive la corévolution », sorti l’an dernier, que la consommation collaborative serait une des solutions à la crise. Avec ce guide pratique, dont la base de données sera mise en ligne sur le site de la communauté OuiShare, elle permet de s’y retrouver parmi les centaines de sites qu’elle a elle-même testés.

Lire l’entretien Rue 89 / Anne-Sophie Novel

 

Victoire d’Obama et Big Data

On ne parle que de Big Data.
Or, la notion de Big Data est complexe et risque de créer des résistances chez les décideurs.
Pourtant, des cas concrets d’utilisation des Big Data existent.
Revenons ainsi sur l’histoire de la victoire d’Obama, un magnifique exemple de micro-ciblage.

Source : Journal du Net / Chronique de Henri Ruet

Souvenez-vous : le Web social, Facebook, le message de victoire le plus retweeté de l’histoire… Après la victoire d’Obama, on pensait que tout avait été dit ou presque.

Quel a donc été l’enseignement majeur de ces élections au plan digital ? L’usage massif des réseaux sociaux ? L’utilisation des dispositifs digitaux en mobilité ? L’interrelation du digital avec « la vraie vie » ? La géolocalisation ? La plupart de ces leviers ont déjà prouvé leur efficacité lors des élections de 2008 notamment en matière de crowdfunding, de buzz et de viralité.
Avec un minimum de recul, il est clair que cette élection a inauguré l’An Un du retraitement de masse de données numériques interconnectées; à savoir l’apparition de la Big Data comme levier d’action majeur appliqué à des élections.

Le digital, et en particulier le Big Data, ont constitué le cœur du dispositif de campagne d’Obama.
Comment ? En agrégeant le maximum de données issues d’horizons différents, puis en réinjectant de l’intelligence en les interconnectant dans l’optique d’augmenter le rendement des opérations de recrutement de nouveaux votants. En clair, utiliser de la masse de données au service du micro-ciblage local.

Le Digital Data Task force d’Obama repose sur 3 piliers de données dont 2 quantitatifs :

1. Agrégation de données sociodémographiques et nominatives sur une base géographique : disponibles dans le cadre du projet Open Data Gov ;

2.Corrélations prédictive des votes en fonction de l’historique de résultats électifs précédents par zone géographique : données aussi disponibles publiquement ;

3. Corrélations avec les sondages d’opinion et les études ad hoc réalisés afin de connaître les thèmes de « bascule » propres à influencer le vote des électeurs indéterminés en fonction des zones d’habitat.

Ainsi dans un état traditionnellement conservateur, mettre en avant les arguments Désendettement-Isolationnisme feront plus lever les oreilles que l’évocation du Programme de Santé d’Obama…
En fonction de ce mash-up de données obtenu en interconnectant diverses sources et en les mettant en relation (modèle : bases de données type NoSQL, APIs d’interpolation et de traitement de masse de données) avec à la clé la construction d’un algorithme ad hoc comportant des règles de filtrage territorial, de scoring en fonction des profils de votants-habitants, il devient plus facile aux militants de savoir exactement où et à qui s’adresser, dans quelle maison au sein de quel quartier de tel état, avec quels revenus et quelles préoccupations prédominantes.
Bienvenue dans l’ère du Nanotargeting !

 

Big Data, comprendre concrètement les enjeux marketing

1 journée pour comprendre le Big Data sous l’angle du marketing et de la communication,
Masterclass animée par Bruno Walther

Cette journée a un double objectif : vous permettre de comprendre ce qu’est le Big Data, d’où il vient, ce qu’il permet de faire, en quoi il peut constituer une révolution; et comment vous pouvez concrètement et rapidement démarrer un projet Big Data et en tirer des bénéfices concrets pour votre entreprise.

Le programme

Qu’est-ce que le Big Data ?
• Comment le Big Data est-il advenue – rappel historique
• Le big data – définition et fonctionnement
• Techniquement, pourquoi c’est révolutionnaire
• Les perspectives du Big Data en dehors du marketing : santé, lutte contre la fraude, renseignement…
• Exemple d’un fonctionnement Big Data : Watson et Jeopardy !

Qu’est-ce que le Big data change pour le marketing ?
• Le marketing : une science de la moyenne (segmentation, panier moyen…)
• Le Big Data : dépasser le dictat de la moyenne pour décrypter la complexité
• Étude de cas

Les champs d’application du Big data

• La recherche des insights
• Le Category management
• Le CRM
• L’achat d’espace

Atelier : lancer un projet big data
• Pour commencer, trouver le sujet qui vous empêche de dormir
• Évaluer les coûts d’un projet
• Aimer le Big Data, adorer les « small projects »
• Apprendre à travailler avec une méthode itérative

En savoir plus et s’inscrire à la formation

 

La consommation collaborative en 2030

“Plus de 8 Français sur 10 estiment aujourd’hui qu’il est plus important d’avoir accès à un produit que de le posséder. Comme l’a prédit Jeremy Rifkin dès 2000, si le 20ème siècle était “l’ère de la propriété”, le 21ème siècle sera “l’ère de l’usage”.

Un bouleversement que doivent prendre en compte les entreprises traditionnelles. L’économie collaborative n’est plus une option, elle est un modèle de consommation pérenne, transgénérationnel et économiquement viable. Si la 3ème révolution industrielle semble amorcée avec la montée en puissance de l’imprimante 3D, une révolution économique collective semble être aussi un créneau à ne pas négliger: crowdfunding, partage de biens (maison, nourriture, outils de bricolage, voitures…)…toutes ces initiatives semblent viables et exportables sur tous les modèles de consommation.

Edouard Dumortier, Co-fondateur d’ILokYou, le premier réseau social de la location d’objets et services entre particuliers, vient de mettre en ligne son livre blanc, intitulé “L’avènement de la consommation collaborative, quel modèle économique en France en 2030 ?”.

Télécharger le livre blanc

© 2020 A MarketPress.com Theme