Revoir Paris

« Nos villes et nos sociétés sont en manque d’utopie »
C’est à partir de ce constat que François Schuiten et Benoît Peeters, co-auteurs d’un précédent album de bande-dessinée « Les Cités Obscures » signent « Revoir Paris« .

« Revoir Paris », c’est donc à la fois une nouvelle BD et une magnifique expo à la Cité de l’Architecture, à Paris, du 20 novembre au 9 mars 2015.

Dans cette exposition les auteurs François Schuiten et Benoît Peeters font dialoguer leurs vision futuriste de la Ville Lumière, avec une sélection de dessins d’architectes et de projets d’urbanisme conçus pour Paris depuis deux siècles.

La métamorphose de Paris depuis les travaux d’Haussmann, est illustrée par des documents historiques originaux confrontés aux planches de leur dernier album Revoir Paris. Aux dessins et documents originaux s’ajoute un écran circulaire de grande dimension accueillant une projection 3D interactive, en partenariat avec le programme Passion for Innovation de Dassault Systèmes.

Entretiens croisés :

Rêvez-vous de voir vos projets architecturaux parisiens prendre forme ?
F.S. : Je ne me rêve pas vraiment architecte, mais ce qui m’amuse, c’est de profiter de toute la liberté que donnent le dessin et la BD. Des choses provocantes, osées, sans me soucier de conséquences lourdes, et il est important de garder ce goût-là.

B.P. : Les architectes du siècle dernier savaient que la plupart de leurs projets ne se réaliseraient pas, mais ils permettaient de se projeter dans un horizon puissant. Le dessin d’architecte et d’urbaniste montre l’impossible dans tous ses détails. Par rapport au Grand Paris d’aujourd’hui, on est en manque de ça, de propositions. On aimerait qu’il sorte de cet album et de cette expo que l’avenir ne soit pas noir, triste, fermé, mais qu’ils propagent l’idée que Paris puisse avoir aussi de l’invention, des possibles, qui la rendrait plus agréable à vivre, à côté de ses images nostalgiques.

Pour lire l’intégralité de cet entretien croisé, rendez-vous sur Metronews

 

Supermarché collaboratif

Depuis 40 ans, des coopératives alimentaires se développent à New York et Londres.
Ce modèle est-il transposable ? C’est en tout cas l’opinion de Tom Boothe et Brian Horihan, les co-fondateurs de La Louve, la coopérative parisienne basée sur l’auto-gestion entre particuliers.

Totalement inspiré du concept de Park Slope Food Coop de Brooklyn (New York), le supermarché La louve a pour ambition de proposer des produits frais issus de l’agriculture raisonnée d’une qualité exceptionnelle à bas prix.

L’un des enjeux du projet consiste à créer des emplois bénévoles, ce qui est ni légal, ni illégal en France. Si le modèle existe déjà avec les crèches parentales, l’organisation pourrait cependant être sanctionnée pour travail dissimulé.
L’idée des concepteurs est donc d’opérer sous forme d’association.

Les coopératives sont des projets citoyens, mais également fragiles par définition. Il faut donc beaucoup de pragmatisme : si un juriste devient membre, il aidera la coopérative grâce à ses talents de juriste.

Par ailleurs, le modèle ne fonctionne que s’il propose tout ou presque toute qui est nécessaire. On va donc retrouver des coopérateurs qui aiment la nourriture, qui aiment manger, ce qui n’est pas exactement la même chose que des gens qui n’aimeraient que le bio par exemple : il faut pouvoir réunir le bien manger et la manger gourmand.

Le projet La Louve s’inscrit donc dans cette tradition des coopératives citoyennes, un modèle à la fois idéaliste et pragmatique. Le nom, voté par la communauté, évoque d’ailleurs un instinct protecteur, indépendant et maternel.

Pour lire l’intégralité de l’article, rendez-vous sur Ouishare

 

Forum SmartCity@mobilités

Les nouvelles promesses de la ville intelligente

Le 20 novembre s’est tenu à Paris le Forum Smart City du Grand Paris. Ce débat d’idées propose aux experts des métropoles de se questionner sur le concept de la ville intelligente : mobilité urbaine, ville durable, territoire connecté. Ces questions clés s’imposent aujourd’hui comme sujet central de toute politique urbaine.
S’il n’existe pas de modèle unique pour les villes intelligentes, l’actualité des métropoles connectées ouvre cependant la voie avec de nombreuses et fructueuses initiatives. Au coeur de ces expérimentations, l’innovation ne peut devenir progrès que grâce à la place accordée aux champs citoyens.

Retrouvez toutes les informations sur le #ForumParis #Smartcity @mobilités sur smartcity.latribune.fr

 

Chaire éco-conception Paris Tech

3ème université de la Chaire éco-conception : une communauté en marche !

La troisième université de la chaire éco-conception a eu lieu les 13 et 14 novembre dernier à la Cité de la Mode et du Design à Paris.
La communauté de 300 participants issus du monde scientifique ou encore acteurs des projets urbains (entreprises, architectes, bureaux d’études, etc.) a décidé cette année de réfléchir à la manière de mieux prendre en compte les usages des bâtiments et des infrastructures.
Ce débat, ouvert aux sociologues, a permis de confronter les travaux menés par la Chaire éco-conception Paris Tech aux diverses approches internationales.
Les intervenants ont ainsi pu démontrer que les comportements des usagers permettaient de faire varier de 1 à 10 les consommations d’énergie dans un logement. De quoi nourrir la réflexion sur la performance énergétique…

Les outils décisionnels créés dans le cadre de la Chaire éco-conception Paris Tech sont désormais accessibles à tous. En effet, l’outil d’apprentissage à la concertation, New District, conçu et réalisé par AgroParisTech fait l’objet depuis cette année d’un dépôt de licence open source pour une utilisation possible par tous, notamment pour des prestations commerciales de bureaux d’étude ou l’intégration dans des modules de formation.

Développé par Alexandre Henry dans le cadre de sa thèse «Aménagement des éco-quartiers et de la biodiversité », NewDistrict est dédié à la protection de la biodiversité en zone péri-urbaine. Cet outil, basé sur le principe d’un jeu de rôle, permet à 7 parties prenantes types ayant des objectifs divergents (maire, promoteur, agriculteur, écologue, etc.) de “s’affronter”, pour éventuellement évaluer l’impact qu’ont leurs interactions sur la performance environnementale d’un projet. NewDistrict est utile sur des projets complexes aux fins de résoudre des problématiques autant environnementales et techniques que sociétales.

© 2020 A MarketPress.com Theme