La révolution solaire indienne

L’inde a beau compter la deuxième plus importante population au monde, environ 300 millions d’indiens (un tiers de sa population) n’est pas raccordée au réseau. On prévoit donc que pour éclairer tous ces foyers, la production d’énergie sera multipliée par trois dans les huit années à venir. Problème : aujourd’hui, les deux tiers de l’électricité indienne sont produits grâce au charbon, l’une des sources d’énergie qui contribue le plus au réchauffement climatique.

L’an dernier, lors du sommet de la COP21 à Paris, le gouvernement indien avait promis que 40% de son énergie proviendrait, d’ici à 2030, de sources non fossiles. L’autorité centrale de l’énergie va à présent encore plus loin maintenant : dans les prévisions qu’elle vient de publier, elle annonce que le pays pourrait produire 57% de l’électricité serait produite, dès 2027, par des sources non fossiles, renouvelables et nucléaires. Et qu’il ne serait par conséquent plus nécessaire de construire de nouvelles centrales à charbon.

La révolution solaire

Cela s’appelle la révolution solaire indienne. Le gouvernement a lancé depuis quelques années un système d’enchères inversées, par lesquelles les autorités nationales et régionales attribuent des marchés d’électrification à l’énergie solaire à l’entreprise qui peut la produire au tarif le moins cher. Et cela a fait chuter les prix du photovoltaïque de 80% en 6 ans.

La production de cette électricité verte est aujourd’hui moins coûteuse que celle obtenue par le charbon importé, et sur le point d’être au même prix que celle produite avec du charbon local. Ce mécanisme attire les investisseurs qui voient en Inde le marché du solaire le plus prometteur. Du reste, d’ici dix ans, un quart de cette énergie verte devrait aussi venir de l’hydraulique, grâce à l’installation de barrages le long des grands fleuves himalayens.

Un projet ambitieux

La tendance semble prometteuse : chaque année, l’Inde multiplie déjà par deux ses capacités de production d’énergie solaire, qui s’élèvent aujourd’hui à 9 gigawatts, avec un objectif fixé à 100 gigawatts d’ici à 5 ans, ce qui correspondrait à près de 100 milliards d’euros d’investissements privés et publics.
A suivre…

Lire l’intégralité de l’article du 27/12/2016 de Sébastien Farcis sur RFi.fr

Ressource complémentaire sur le sujet : le plus grand parc solaire voit le jour en Inde, Insunwetrust.solar

Crédit photo cover : Astonfield’s 11.5 MW solar plant in Gujarat, India / Creative commons – Wikimedia

© 2019 A MarketPress.com Theme