Une campagne choc contre la pollution de l’air en Chine

Clean the air. Let the future breathe again
En Chine, les passants ont pu découvrir cette campagne choc, menée par Xiao Zhu, une marque de purificateurs d’air, dénonçant les importants problèmes de pollution. A la nuit tombée, des projecteurs ont ainsi fait défiler les visages d’enfants en pleurs et terrifiés, apparaissant dans la fumée rejetée par des cheminées d’usines, tels des spectres, ainsi que le slogan Clean the air, let the future breathe.

Première cause de mortalité au monde
En 2010, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recense près de 3,2 millions de morts par an causées par la pollution atmosphérique avec 70% de ces décès provenant d’Asie.
Toujours selon l’OMS, les particules fines devraient se stabiliser à 10 microgrammes par litre d’air, afin d’assurer un risque limité d’empoisonnement par l’air aux populations. et percutante illustrée par la projection de visages d’enfants et d’adultes marqués par les effets de la pollution atmosphérique.

En effet, l’OMS rappelle que les particules fines devraient se stabiliser à 10 microgrammes par litre d’air, afin d’assurer un risque limité d’empoisonnement par l’air aux populations. Or ce taux avoisinerait les 100 microgrammes par litre en Chine et en Inde avec des pics réguliers compris entre 500 et 800 microgrammes au cœur des grandes métropoles comme Pékin. Toujours selon l’organisation plus de la moitié de la population mondiale vivrait au-dessus de ce seuil.

Dépassée par sa superficie, sa population et son économie, la Chine montrée du doigt comme l’un des plus grands pollueurs au monde est en parallèle un des pays les plus novateurs en matière d’énergie renouvelable, accueillant les plus importantes usines de fabrication d’éoliennes et de panneaux solaires. Des commandes principalement générées par les Etats-Unis et l’Europe attirés par un moindre coût de la manœuvre.

Tandis que les Etats-Unis se sont engagés à réduire de 26 à 28% leurs émissions en 2025 par rapport au niveau mesuré en 2005, la Chine a décidé quant à elle de s’imposer des objectifs de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2030, notamment de par la fermeture de certaines de ses usines à charbon. Parallèlement la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité devrait atteindre les 20%.

Lire l’intégralité de l’article sur Blasting News

© 2020 A MarketPress.com Theme